Une légère ondée... bienvenue au cours de la canicule de l'été 2018

Gérer la pénurie d’eau

Fin mars, j’avais publié un article sur la gestion et la récupération d’eau de pluie, où j’envisageais de créer un système d’irrigation automatique.

C’était une belle idée, en effet, mais je n’avais pas anticipé :

  • une interdiction pure et simple, en cas de pénurie, de compléter l’apport en eau de pluie par l’eau de la rivière qui coule en bordure du jardin
  • un été 2018 particulièrement chaud et sec !

Résultat : j’ai dû revoir mes ambitions à la baisse et plutôt que d’utiliser l’eau en abondance, j’ai choisi d’adapter mes méthodes de jardinage à un contexte de sécheresse.

Un mulch épais pour éviter l’évaporation de l’eau

Le mulch est fondamental en permaculture (voir : Le mulch pour protéger et fertiliser le sol et Le jardinage sans travail du sol : sur mulch et sur compost vert). Je l’ai utilisé en abondance pour limiter au maximum toute évaporation de la moindre goutte d’eau.

Un arrosage efficace

Arrosez vos légumes en laissant l’eau s’écouler librement de l’arrosoir (n’utilisez pas la pomme d’arrosoir « en pluie »). L’eau va s’enfoncer profondément dans le sol, elle ne va pas s’évaporer (surtout si vous avez pris soin de bien mulcher votre sol).

Cela favorise un enracinage profond de vos plantes, elles seront beaucoup plus autonomes en eau. Utilisez un arrosoir bien rempli, vous n’aurez plus à arroser pendant trois à quatre semaines !

Les plantes s’adaptent à la sécheresse

Les plantes qui auront survécu à ces conditions climatiques difficiles, vont développer une grande résistance à la sécheresse et cette faculté va pouvoir se transmettre à la génération suivante. Récupérez les graines de vos plantes et conservez les soigneusement pour l’année prochaine.

Cette sélection naturelle est très efficace pour disposer de plantes robustes, habituées aux conditions climatiques les moins favorables.

Arroser beaucoup n’est pas toujours une bonne idée

Mon voisin de jardin pratique l’arrosage intensif de ses légumes, et pourtant, certains sont très jaunes et ont un aspect maladif.

La raison est simple : arroser à grande eau, surtout si on ne couvre pas son sol, lessive les nutriments présents dans le sol et le rend stérile. De plus, le sol non couvert devient compact et l’eau a du mal à y pénétrer en profondeur. Elle reste en surface et s’évapore.

Et voilà le résultat :

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *