Récupération et distribution de l’eau de pluie

Le jardin dispose d’un cabanon avec un toit légèrement en pente qui constitue un outil idéal de captage d’eau de pluie.

Calcul de la quantité d’eau de pluie annuelle pouvant être récupérée grâce à une toiture

La formule pour calculer le volume d’eau récupérable par une toiture par an est la suivante :

Surface de captage x pluviométrie annuelle x taux de déperdition

Pluviométrie annuelle : pour connaître la pluviométrie annuelle de votre région, visitez cette adresse : https://fr.climate-data.org/

Le taux de déperdition (évaporation, fuites…) est généralement évalué à :

  • toit incliné en tuiles : 0,9
  • toit incliné en tôles ondulées : 0,8
  • toit plat : 0,6
  • Sol en dur légèrement incliné : 0,6

Calcul appliqué au jardin sachant que la pluviométrie annuelle de Troyes est de 650 litre/m2 , la surface de captage de 3,3 m2, et que le toit du cabanon est en tôle ondulée

3,3 x 650 x 0,9 = 1716, soit près de 2m2 par an.

C’est peu, étant donné la pluviométrie importante de Troyes, mais cela s’explique par une surface de captage très réduite.

Utiliser la gravité pour acheminer l’eau

Il existe une source d’énergie totalement gratuite, inépuisable et disponible partout. Il s’agit tout simplement de la gravité ! Placer votre citerne de récupération d’eau de pluie en hauteur, vous permettra de diffuser l’eau dans le jardin sans avoir à l’acheminer.

Je vais donc placer à l’arrière du cabanon, une citerne de récupération d’eau de pluie posée en hauteur sur des parpaings. En utilisant un tuyau d’arrosage microporeux, et grâce à la gravité, j’obtiendrai un système d’irrigation « automatique ».

La cuve a été installée le 22 février 2018. Le 28 mars, elle est remplie à 40%. Le robinet peut être acheté chez Multitanks International.

Les oyas

En complément de ce dispositif, toujours si l’on veut éviter au maximum l’arrosage manuel, on peut utiliser la technique des oyas. Selon leur fabricant, les Oyas sont des pots en céramique micro-poreuse que l’on enterre près des plantes et que l’on remplit d’eau. Elles laissent échapper progressivement l’humidité nécessaire.

En savoir plus : http://www.oyas-environnement.com/

Je trouve cette technique très économique et j’envisage de la tester dans la partie du jardin qui ne pourra pas bénéficier du système d’irrigation à l’eau de pluie.

J’ai trouvé sur internet une vidéos proposant de fabriquer des oyas « maison ». A tester !

 

Schéma du circuit de l’eau dans le jardin

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *