Paille, broyat de bois, tontes fraiches de gazon (apport d'azote et de carbone)

Restaurer la vie de son sol pour retrouver sa fertilité

Un sol fertile, c’est un sol vivant !

Un sol n’est pas un support inerte, bien au contraire. C’est un milieu grouillant de vie et dans lequel se déroulent en permanence des processus et échanges chimiques fondamentaux pour la conservation de la fertilité du sol.

Pour préserver et restaurer la vie de votre sol, il est important de comprendre son fonctionnement.

Pour les plus pressés, voir les actions entreprises au jardin Troyen

Pour les autres, voici un très bref résumé de la vie du sol.

Les trois éléments composant un sol

En règle générale, un sol est composé de :

– Matière minérale

Elle provient de la roche mère (couche minérale supérieure de la croûte terrestre). La roche mère subit des altérations physiques (action du gel, fracturation…) et chimiques (action de l’eau provoquant la dissolution des minéraux…).

Elle libère des matières minérales dont les argiles représentent généralement une grande part. Cette partie du sol n’est pas modifiable.

– Matière organique

Celle-ci provient des végétaux (feuilles, branches mortes…) et animaux (déjections). C’est une composante du sol sur laquelle on pourra intervenir pour restaurer sa fertilité.

– Porosité

Une porosité, fondamentale, qui permet l’introduction et le maintien d‘eau et d’air dans le sol, qui sont tous les deux nécessaires à tous les processus chimiques à l’oeuvre dans un sol vivant.

Les trois éléments constitutifs d’un sol

Remarquez la grande quantité d’eau et d’air qui représentent près de la moitié des éléments constitutifs d’un sol !

Le cycle de la matière organique dans le sol

Ce schéma, très simplifié, permet de comprendre comment la matière organique est transformée en nutriments disponibles pour les plantes.

Cycle de la matière organique dans le sol

L’apport en azote

Tous les végétaux « verts » (feuilles, tontes de gazon fraiches…) comportent une grande quantité d’azote. Lorsque l’on dépose ces végétaux sur le sol, ceux-ci sont rapidement décomposés par des bactéries aérobies (grâce à la présence d’oxygène) et minéralisés : transformés en éléments nutritifs disponibles pour la plante (les nitrates).

Le cas des engrais azotés

C’est ce processus de minéralisation qui est recherché lorsqu’on introduit des engrais azotés dans le sol. Mais attention ! si l’azote est trop abondant, il ne sera pas assimilé par la plante. Il sera lessivé par les eaux de pluie et introduit directement dans les rivières et les nappes phréatiques sous forme de nitrates. Ceci produira des pollutions aux nitrates néfastes pour notre santé et notre environnement (prolifération d’algues vertes sur les côtes bretonnes, par exemple).

L’apport en carbone

Tous les végétaux « bruns » (feuilles mortes, paille…) et le bois (branches mortes, broyat de bois, BRF…) comportent une grande quantité de carbone. Ils sont décomposés par des champignons, micro-organismes (grâce à la présence d’hydrogène), et par la faune du sol. Le résultat de cette décomposition, c’est l’humus, présent dans la couche supérieure du sol.

L’humus est très important et a deux fonctions :

  • une partie du carbone est minéralisée et absorbée par la plante
  • une autre partie reste stockée dans le sol et participe à sa structuration. Elle maintient la porosité du sol, ce qui permet l’introduction de l’eau et de l’air.

A noter : le rôle important des racines des plantes dans la structuration du sol. Certaines plantes ont des racines très profondes qui peuvent fragmenter les sols très compactés.

Le rôle de la faune du sol

Un sol vivant abrite une multitude de petits animaux (insectes, acariens, vers…) qui décomposent la matière organique.

Les vers de terre (lombrics), quant à eux, circulent verticalement et brassent le sol pour maintenir sa porosité (ce rôle d’aération du sol est joué par les termites en milieu tropical).

Remarque : l’apport de matières organiques azotées et/ou carbonées en surface du sol crée également une litière (mulch) protectrice pour la faune du sol : rayons directs du soleil, fortes pluies, dessèchement sous l’action du vent…

Comment jardiner avec un sol vivant

Une vidéo récapitulative très intéressante de la chaîne Youtube permaculture agroécologie etc…

Actions entreprises au jardin Troyen pour restaurer la fertilité du sol

Pour restaurer la fertilité du jardin, dont le sol a été abîmé par des années de jardinage conventionnel, j’ai agit sur les trois facteurs principaux :

  • ajout d’azote par dépôt en surface de tontes de gazon fraiches, de déchets ménagers (épluchures…), et de « mauvaises herbes » arrachées à la main
  • ajout de carbone par dépôt en surface de feuilles mortes, puis de paille
  • ajout d’air et d’eau par un bon décompactage du sol à l’aide d’une grelinette

 

 

 

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *